Nationalisme, race et descendance servile au Soudan colonial après la première guerre mondiale – Elena Vezzadini

Ficher audio :


Elena Vezzadini, Université de Bergen/CEAf

elenavezz@gmail.com

Au Soudan, le commerce de captifs a connu son apogée au milieu du 19ème siècle. Dès leur arrivée au Soudan en 1898, les colonisateurs britanniques interdisent la traite des esclaves et, en théorie tout du moins, le statut juridique de l’esclavage est aboli. Dans l’historiographie du Soudan moderne, de nombreuses études se sont intéressées au destin des esclaves après cette abolition (Spaulding 1988 ; Sikainga 1996 ; Hargey 1998 ; Keyon 2012). Ces études suggèrent que l’expérience de l’esclavage génère une forme de ‘mort sociale’ des captifs. Comboni and slaveryLes esclaves deviennent des individus caractérisés par ce qu’il ne sont pas, ou ne sont plus ; leur absence d’origine, de liens sociaux et de libertés. Cette désocialisation persiste après leur libération et est transmise aux descendants (Makris 1996, 2000 ; Keyon 2009). Pourtant, les anciens esclaves et leurs descendants, tout en essayant d’effacer leur passé servile, élaboreraient des stratégies pour combler ou contourner ces manques : à travers des liens forts tissés avec d’autres descendants d’esclaves (Keyon 2009); leur tentative d’intégration à travers le travail (Sikainga 1996) …
Ce papier se propose de complexifier ces interprétations. Le lien entre descendance servile et identité est en effet beaucoup plus subtil, dense et polysémique que la plupart d’analyses ont la tendance à croire. L’exemple dont je vais me servir est la Révolution de 1924 au Soudan, un soulèvement populaire anticoloniale qui s’inscrit dans une idéologie nationaliste, organisé par un mouvement politique connu comme la Ligue du Drapeau Blanc. La Ligue a été fondée par cinq personnes, dont l’une est d’origine servile, Ali Abd al-Latif, qui est pourtant choisi comme leader. De même, le mouvement inclut des nombreuses personnes de descendance servile, aux côtés de soudanais d’origines, de classe sociale et de statut très différents.
Dans le mouvement, la question de la descendance servile est bien présente. Les origines du leader sont évoquées de plusieurs manières et à plusieurs reprises. Mais ses origines ne semblent pas entraver son succès politique : Ali Abd al-Latif est malgré tout acclamé comme le zaim – le leader – par le peuple aussi bien que par une partie de l’élite.
Dans cette contribution, j’essayerai d’un côté de connecter les raisons de ce succès aux politiques raciales de l’État colonial, et de l’autre de proposer une relecture de la question des « stigmates » de l’esclavage à travers une perspective située.

Bibliographie

Hargey, Taj. “Festina Lente: Slavery Policy and Practice in the AngloEgyptian Sudan.” Slavery & Abolition 19.2 (1998): 250-272.

Kenyon, S M. “Zainab’s Story: Slavery, Women and Community in Colonial Sudan.” Urban Anthropology and Studies of Cultural Systems and World Economic Development (2009): 33-77

Kenyon, Susan M. Spirits and Slaves in Central Sudan : The Red Wind of Sennar. New York: Palgrave Macmillan, 2012.

Makris, G P. Changing Masters: Spirit Possession and Identity Construction Among Slave Descendants and Other Subordinates in the Sudan. Evanston, Illinois: Northwestern University Press, 2000

Sikainga, Ahmad Alawad. Slaves Into Workers: Emancipation and Labor in Colonial Sudan. Austin: University of Texas Press, 1996

Spaulding, J. “The Business of Slavery in the Central Anglo-Egyptian Sudan, 1910-1930.” African Economic History (1988): 23-44.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.