Les frontières de l’entre-soi : dimensions de l’endogamie au Foûta-Tôro – Olivier Kyburz

Fichier audio :


Olivier Kyburz, LESC, Université de Paris-Ouest

olivier.kyburz@mae.u-paris10.fr

THLa société Toucouleur ou Haalpulaar du Foûta-Tôro (Moyenne vallée du Sénégal) connaît un système de stratification complexe qu’accompagne une forte tendance à l’endogamie. Qu’il s’agisse de groupes dits « nobles » tels les Peuls et les clercs musulmans TooroBBe ou de groupes dits « castés » tels les artisans boisseliers LawBe ou les tisserands MaabuuBe, les limites de l’endogamie ne coïncident pas toujours avec celles de la catégorie sociale.
D’un point de vue spatial, la vallée du Sénégal apparaît comme long couloir « vert » de 400 kilomètres situé entre deux régions arides. Les villages se succèdent sur les deux rives du fleuve ainsi que sur les bordures de la vallée en autant de chapelets. La singularité de chaque village, du point de vue de la composition de sa population et de son histoire particulière est une réalité perçue par bien des Foutanké et constitue sans doute un obstacle à la comparaison pour l’anthropologue. Nous tenterons toutefois, dans la mesure du possible, de comparer des matériaux empiriques recueillis dans ces divers groupes et en divers lieux. L’objectif étant de mieux comprendre les frontières de l’entre-soi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.