L’endogamie des forgerons dans les monts Mandara et le pays dìì (Nord-Cameroun) : deux réifications contrastées d’un même concept exogène ? – Olivier Langlois

Fichier audio :

Olivier Langlois, CEPAM, CNRS

olivier.langlois@cepam.cnrs.fr

Forgerons au CamerounAu nord du Cameroun, de nombreuses sociétés se divisent en deux groupes endogames : celui des « cultivateurs » et celui des « forgerons ». Du fait leurs morphologies originales, les distinctions catégorielles qui s’observent dans cette région ont longtemps été considérées comme des phénomènes locaux, sans lien direct avec les castes de l’aire sahéliennes (Vaughan 1970, Sterner & David 1991). De fait, ces sociétés, souvent montagnardes, n’ont pas grand-chose de commun avec celles des plaines du nord, dont elles ont souvent cherché à se protéger. Le premier objectif de cette communication sera pourtant de montrer que l’idée de diviser la société en communautés endogames a très probablement été empruntée aux sociétés du nord. Pour cela, nous examinerons les techniques céramiques aujourd’hui en usage dans les monts Mandara et leurs piémonts, et nous verrons qu’elles amènent à penser que le principe de séparer les forgerons, et leurs femmes potières, du reste de la population est parvenu dans cette chaîne de montagnes depuis les plaines du nord, peut-être suite à l’arrivée d’artisans endogames (Langlois 2012a). Concernant la haute vallée de la Bénoué, l’origine de la partition en groupes endogames est plus difficile à déterminer, mais elle semble aussi à rechercher dans les régions sahéliennes, d’où le concept se serait diffusé, peut-être via les monts Mandara. Mais, là n’est pas notre principal objectif. Le caractère exogène du concept de séparer la population en groupes endogames, ainsi que l’association initiale de ce concept avec le travail du fer et de la poterie étant posés, il s’agira de considérer les morphologies de deux systèmes « à groupes endogames » très contrastés, représentés respectivement dans les monts Mandara et le pays dìì et, sur la base de l’information ethnographique, des sources orales et des données archéologiques, d’envisager les processus historiques qui ont pu y conduire (Muller 2006, Langlois 2007, Langlois 2012b). Ce faisant, il apparaitra que les particularités morphologiques de ces systèmes expriment, avant tout, la grande malléabilité d’un « concept nomade » qui peut donner lieu à des réifications fort différentes selon les sociétés qui l’adoptent et l’intègrent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.