Propriété, citoyennetés et héritage de l’esclavage au Nord Bénin – Éric Komlavi Hahonou

Fichier audio :

Éric Komlavi Hahonou, Université de Roskilde, Danemark

komlavi@ruc.dk

Porte du non-retour

Cette contribution interroge la relation entre citoyenneté et propriété dans des sociétés ouest africaines post-esclavagistes. L’auteur examine plus spécifiquement la façon dont l’idéologie de l’esclavage est déployée, subite, reproduite et contestée de nos jours dans les espaces urbains à partir d’une étude de cas des dynamiques émancipatoires contemporaines au Nord du Bénin.

Les discours empreints d’idéologie esclavagiste présentent l’esclave comme une chose, une propriété, un sous-humain, une personne inférieure par nature et un citoyen de second rang. Il en résulte une série de discriminations qui tentent de maintenir les esclaves dans des positions inférieures ou marginales. Pour échapper aux stigmates de l’esclave, les descendants d’esclaves ont longtemps adopté la stratégie consistant à cacher leurs origines en changeant de nom, en migrant vers les villes et en tentant d’acquérir de nouvelles identités ethniques. Plus récemment, dans les petites villes du Nord du Bénin des individus et des groupes de statut servile ont commencé par défier les stéréotypes associés à l’esclave, revendiquer des identités collectives associées à des origines serviles et prétendre à une série de droits dont ils étaient écartés a priori. La présente quête de citoyenneté et de reconnaissance morale des descendants d’esclaves au Nord Bénin passe par une déconstruction de l’idéologie de l’esclavage (l’esclave comme propriété), une remise en question des discriminations sociales et politiques dont les descendants d’esclaves sont victimes et des revendications à des droits de propriété (le citoyen comme personne qui prend part). Cette dynamique émancipatoire et citoyenne béninoise n’est pas isolée puisque des mouvements anti-esclavage sont apparus en nombre dans divers pays ouest africains au tournant des années 1990. Toutefois le cas béninois apparaît singulier dans la mesure où la revendication d’une nouvelle identité ethnique devient le langage de l’émancipation et de la citoyenneté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.