Les castes et l’esclavage en milieu soninké vus sous l’angle des relations d’interdépendance, de complémentarité et d’ambivalence – Cheikhna Wagué

Fichier audio :

Cheikhna Wagué, CEMAf

wacheikhna@yahoo.fr

Guerriers sarrakholais (illustration de Côte occidentale d'Afrique, 1890 du Colonel Frey) [Pl. en reg. p.88 :] [Cote : Réserve A 200 386]
Guerriers sarrakholais (illustration de Côte occidentale d’Afrique, 1890 du Colonel Frey) [Pl. en reg. p.88 :] [Cote : Réserve A 200 386]
L’histoire des populations soninkées et l’esclavage sont inextricablement liés. Aussi loin que l’on remonte dans leur histoire, il est question de ces phénomènes sociaux. Il semble que cette organisation remonte à l’époque de l’empire de Ghana (Ve-XIIe siècles de l’ère chrétienne). Les populations soninkées, qu’elles soient aujourd’hui au Mali, au Sénégal, en Mauritanie, en Gambie ou dans le contexte migratoire comme la France et malgré les contestations sociales en cours depuis le début de l’heure démocratique en Afrique dans les années 1990, ont encore un mode de fonctionnement qui reste redevable à maints égards de ces “subdivisions” internes.

Certes, on a pendant longtemps étudié les castes et les phénomènes esclavagistes en milieu africain. Toutefois, rares sont les chercheurs qui se sont intéressés aux questions d’interdépendance, de complémentarité ou d’ambivalence qui liaient et qui lient encore les différents groupes sociaux. On a souvent privilégié les rapports de dépendance et d’exploitation entre dominants et dominés. Or l’analyse fine de ces phénomènes socio-historiques donne à voir que des rapports d’interdépendance et d’ambivalence des différents groupes sociaux étaient une donnée sur laquelle reposait la stabilité de la société. À travers les rôles socioprofessionnels ou la division sociale du travail, tous les groupes, qu’ils soient dominés ou dominants, étaient obligés de se compléter. Chaque groupe avait des rôles ou des pouvoirs qui lui étaient spécifiques, mais nécessaires à l’ensemble de la communauté. En résumé, la description des hiérarchies sociales n’est pas suffisante pour rendre compte de l’ensemble des rapports complexes de ce système.

Ma communication, consacrée aux populations soninkées, consistera alors à mettre en exergue ces rapports symbiotiques, de complémentarité et d’ambivalence qui ont lié au cours de l’histoire les différents statuts sociaux. Cela n’a pas pour objet de contester les rapports de dépendance, d’asservissement, mais de montrer que ceux-ci ne pouvaient pas être les seuls qui liaient les dominants et  les dominés de manière univoque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.