La crise du Mali ou l’enrôlement des subalternes par le jihâd et la shari‘a – Jean Schmitz

Fichier audio :

Jean Schmitz, CEAf, IRD

Jean.Schmitz@ehess.fr

52-4

 

 

 

 

 

 

 

 

La grille d’interprétation de la crise du Mali la plus commune met en rapport directement les appartenances sociales primaires (ethnies, tribus…) délimitant des groupes discrets et des formes d’islam opposées : le jihâd versus le soufisme « africain ».

Or de même que des hiérarchies de « caste » ou de « race » traversent ces groupes prédéfinis, de même l’ilsam salafiste/djihadiste est un puissant levier de promotion et d’émancipation sociale pour les subalternes (descendants d’esclaves, « étrangers »…) comme il le fut temporairement dans les jihâd du XIXe siècle. En outre la surenchère islamique de la shari‘a occulte la « macule de l’infidélité » au fondement du déni d’islam dont ils sont victimes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.