Castes et esclavage au Sahel

Les sociétés du Sahel musulman, du Sénégal au Soudan, connaissent des hiérarchies sociales complexes liées aux castes et à l’esclavage. Parfois sourdes et invisibles, ces hiérarchies ne cessent de travailler les sociétés de cette région, du ralentissement du développement dans la vallée du Sénégal aux conflits Soudanais ou Malien. Ces catégories hiérarchiques semblent défier toute volonté taxinomique. Elles ne sont pas systématiquement exclusives les unes des autres. De plus, si les hiérarchies de caste et d’esclavage sont fondamentales dans cette région pour comprendre la dynamique des faits sociaux et politiques, elles se combinent à des principes égalitaires, en particulier sur le plan de l’islam. Enfin, ces hiérarchies ne se manifestent pas de façon uniforme dans les différents contextes de la vie sociale. Ce carnet présente une recherche qui essaye de rendre compte des relations de caste et d’esclavage en partant de leur complexité et des contradictions sur lesquelles bute l’analyse. Trois questions sont particulièrement mises en avant : (1) Les castes ou les esclaves sont-ils des groupes définis en soi et dotés d’une identité donnée ou des entités qui n’ont du sens et n’existent que par leur relationnalité, comme des termes qui traduisent des relations hiérarchiques ? (2) Dans quelles configurations et quels contextes (politiques, rituels, quotidiens…) les relations d’esclavage ou de caste font sens et sont opératoires ? (3) Comment rendre compte de la dynamique historique et de la mutabilité des configurations locales ?

Histories of involuntary and voluntary submissive labour in Sudan and its context – Enrico Ille

Fichier audio:


Enrico Ille, Institute of Social and Cultural Anthropology, University of Halle-Wittenberg

enrico.ille@yahoo.co.in

Nuba MountainsDifferent theoretical debates pointed to the intertwining of involuntary and voluntary acts and choices, social order and critique, as well as the tension between submission and resistance. Continuer la lecture de Histories of involuntary and voluntary submissive labour in Sudan and its context – Enrico Ille

Reconfigurations sociales suite à l’abolition de l’esclavage au Mali (1905-1940) – Marie Rodet

Fichier audio :

Marie Rodet, SOAS, University of London

mr28@soas.ac.uk

MaliL’esclavage fut officiellement aboli par l’administration coloniale au Mali en 1905. Cet article est le fruit d’une recherche exploratoire sur la question des reconstructions sociales chez les esclaves affranchis de la région de Kayes pour la période 1905-1940.  On retrouve dans les villages fondés par des esclaves émancipés de la région de Kayes sensiblement la même organisation sociale que dans les villages des anciens maîtres, on y retrouve notamment toutes les « castes » (forgerons, cordonniers, griots etc.), seule la catégorie d’esclave du fait de l’histoire spécifique de ces villages n’existe pas. Continuer la lecture de Reconfigurations sociales suite à l’abolition de l’esclavage au Mali (1905-1940) – Marie Rodet

Propriété, citoyennetés et héritage de l’esclavage au Nord Bénin – Éric Komlavi Hahonou

Fichier audio :

Éric Komlavi Hahonou, Université de Roskilde, Danemark

komlavi@ruc.dk

Porte du non-retour

Cette contribution interroge la relation entre citoyenneté et propriété dans des sociétés ouest africaines post-esclavagistes. L’auteur examine plus spécifiquement la façon dont l’idéologie de l’esclavage est déployée, subite, reproduite et contestée de nos jours dans les espaces urbains à partir d’une étude de cas des dynamiques émancipatoires contemporaines au Nord du Bénin.

Continuer la lecture de Propriété, citoyennetés et héritage de l’esclavage au Nord Bénin – Éric Komlavi Hahonou

Les castes et l’esclavage en milieu soninké vus sous l’angle des relations d’interdépendance, de complémentarité et d’ambivalence – Cheikhna Wagué

Fichier audio :

Cheikhna Wagué, CEMAf

wacheikhna@yahoo.fr

Guerriers sarrakholais (illustration de Côte occidentale d'Afrique, 1890 du Colonel Frey) [Pl. en reg. p.88 :] [Cote : Réserve A 200 386]
Guerriers sarrakholais (illustration de Côte occidentale d’Afrique, 1890 du Colonel Frey) [Pl. en reg. p.88 :] [Cote : Réserve A 200 386]
L’histoire des populations soninkées et l’esclavage sont inextricablement liés. Aussi loin que l’on remonte dans leur histoire, il est question de ces phénomènes sociaux. Il semble que cette organisation remonte à l’époque de l’empire de Ghana (Ve-XIIe siècles de l’ère chrétienne). Les populations soninkées, qu’elles soient aujourd’hui au Mali, au Sénégal, en Mauritanie, en Gambie ou dans le contexte migratoire comme la France et malgré les contestations sociales en cours depuis le début de l’heure démocratique en Afrique dans les années 1990, ont encore un mode de fonctionnement qui reste redevable à maints égards de ces « subdivisions » internes.

Continuer la lecture de Les castes et l’esclavage en milieu soninké vus sous l’angle des relations d’interdépendance, de complémentarité et d’ambivalence – Cheikhna Wagué

Stereotypes of slavery and ‘stereostyles’ in post-slavery: biographies, life stages and the reconfigurations of master-slave relations among Fulbe migrants in Bamako – Lotte Pelckmans

Fichier audio :


Lotte Pelckmans, Institute for History, University of Leiden

l.pelckmans@hum.leidenuniv.nl

Migrants often display a vested interest in reproducing moral behaviour and ideologies of their home areas. By reproducing existing hierarchical relations and group identities, they hope to tackle risks of social disconnection and ensuing downward social mobility in new contexts of arrival. This probably explains why among West African migrants in different places, some aspects of hierarchical behaviour that used to characterise past master- slave relations are reproduced. Mali Continuer la lecture de Stereotypes of slavery and ‘stereostyles’ in post-slavery: biographies, life stages and the reconfigurations of master-slave relations among Fulbe migrants in Bamako – Lotte Pelckmans

L’endogamie des forgerons dans les monts Mandara et le pays dìì (Nord-Cameroun) : deux réifications contrastées d’un même concept exogène ? – Olivier Langlois

Fichier audio :

Olivier Langlois, CEPAM, CNRS

olivier.langlois@cepam.cnrs.fr

Forgerons au CamerounAu nord du Cameroun, de nombreuses sociétés se divisent en deux groupes endogames : celui des « cultivateurs » et celui des « forgerons ». Du fait leurs morphologies originales, les distinctions catégorielles qui s’observent dans cette région ont longtemps été considérées comme des phénomènes locaux, sans lien direct avec les castes de l’aire sahéliennes (Vaughan 1970, Sterner & David 1991). De fait, ces sociétés, souvent montagnardes, n’ont pas grand-chose de commun avec celles des plaines du nord, dont elles ont souvent cherché à se protéger. Continuer la lecture de L’endogamie des forgerons dans les monts Mandara et le pays dìì (Nord-Cameroun) : deux réifications contrastées d’un même concept exogène ? – Olivier Langlois

Les frontières de l’entre-soi : dimensions de l’endogamie au Foûta-Tôro – Olivier Kyburz

Fichier audio :


Olivier Kyburz, LESC, Université de Paris-Ouest

olivier.kyburz@mae.u-paris10.fr

THLa société Toucouleur ou Haalpulaar du Foûta-Tôro (Moyenne vallée du Sénégal) connaît un système de stratification complexe qu’accompagne une forte tendance à l’endogamie. Qu’il s’agisse de groupes dits « nobles » tels les Peuls et les clercs musulmans TooroBBe ou de groupes dits « castés » tels les artisans boisseliers LawBe ou les tisserands MaabuuBe, les limites de l’endogamie ne coïncident pas toujours avec celles de la catégorie sociale. Continuer la lecture de Les frontières de l’entre-soi : dimensions de l’endogamie au Foûta-Tôro – Olivier Kyburz

La crise du Mali ou l’enrôlement des subalternes par le jihâd et la shari‘a – Jean Schmitz

Fichier audio :

Jean Schmitz, CEAf, IRD

Jean.Schmitz@ehess.fr

52-4

 

 

 

 

 

 

 

 

La grille d’interprétation de la crise du Mali la plus commune met en rapport directement les appartenances sociales primaires (ethnies, tribus…) délimitant des groupes discrets et des formes d’islam opposées : le jihâd versus le soufisme « africain ».

Or de même que des hiérarchies de « caste » ou de « race » traversent ces groupes prédéfinis, de même l’ilsam salafiste/djihadiste est un puissant levier de promotion et d’émancipation sociale pour les subalternes (descendants d’esclaves, « étrangers »…) comme il le fut temporairement dans les jihâd du XIXe siècle. En outre la surenchère islamique de la shari‘a occulte la « macule de l’infidélité » au fondement du déni d’islam dont ils sont victimes.

Nationalisme, race et descendance servile au Soudan colonial après la première guerre mondiale – Elena Vezzadini

Ficher audio :


Elena Vezzadini, Université de Bergen/CEAf

elenavezz@gmail.com

Au Soudan, le commerce de captifs a connu son apogée au milieu du 19ème siècle. Dès leur arrivée au Soudan en 1898, les colonisateurs britanniques interdisent la traite des esclaves et, en théorie tout du moins, le statut juridique de l’esclavage est aboli. Dans l’historiographie du Soudan moderne, de nombreuses études se sont intéressées au destin des esclaves après cette abolition (Spaulding 1988 ; Sikainga 1996 ; Hargey 1998 ; Keyon 2012). Ces études suggèrent que l’expérience de l’esclavage génère une forme de ‘mort sociale’ des captifs. Comboni and slavery Continuer la lecture de Nationalisme, race et descendance servile au Soudan colonial après la première guerre mondiale – Elena Vezzadini

Parole et souveraineté. Griots, relations de castes et pouvoir à Dakar – Ismaël Moya

Fichier audio :

Ismaël Moya, LESC, CNRS

moya.ismael@gmail.com

Cette contribution porte sur la question des « castes » à Dakar et, en particulier, la relation qui distingue en terme de statut les griots (gewël) de leurs « patrons » (géér).

Je discuterai tout d’abord de l’intérêt, pour comprendre cette question, d’abandonner la perspective morphologique, centrée sur l’identité (ethnie, caste…) des groupes et des individus, au profit d’une analyse des valeurs et des relations entre les différentes catégories sociales.Griotte Continuer la lecture de Parole et souveraineté. Griots, relations de castes et pouvoir à Dakar – Ismaël Moya